Etant un fan inconditionnel de la série LOTS , j'ai été très excité lorsque Craig Horner me contacta, dans le but de me demander si je voulais bien l'interviewer pour Fantasy Fan. Nul besoin de préciser que j'ai immédiatement accepté et, après quelques jours de planning (13 heures de décalage horaires rendent les choses difficiles), j'ai enfin pu parler avec l'acteur. Voici donc l'interview de Craig Horner pour Fantasy Fan.

FF : LOTS est une série basée sur le cycle fantasy, maintenant très connu, de l'EDV, donc, évidemment, ma première question sera la suivante : avez-vous lu ces livres avant d'obtenir le rôle et, dans le cas contraire, lisez-vous d'autres livres dans le genre de la Fantasy ?
CH : L'ami d'un copain est un grand fan de ces livres, et pendant toute la durée de mon audition, il me disait : « Hey, mais c'est une série basé sur ces bouquins, c'est génial, tu devrais vraiment les lire ». Donc, j'en ai lu un peu, juste histoire de mieux appréhender la personnalité globale de Richard avant mon audition. Ensuite, quand j'ai eu le rôle, je me suis mis à lire le 1er Tome, qui est vraiment bon - surtout pour moi, qui souhaite mieux saisir mon personnage - parce que l'histoire est narrée de son point de vue, en adoptant sa manière de penser, ce qui est d'autant plus simple.

FF : Pensez-vous que les séries basées sur les livres à succès sont plus faciles ou plus hardues à réaliser ? Cela vous conforte-t-il de savoir qu'il y a déjà pas mal de fans à la base, ou au contraire, êtes vous effrayé, parce qu'il sera impossible de satisfaire tous ces fans ?
CH : J'étais réellement super excité, mais j'ai rapidement compris que nous n'étions pas 100% fidèles aux livres - ce qui est bien en un sens - alors que je pensais que c'était le cas. Il est vite devenu apparent que nous faisons nos propres choix, donc je pense que je n'étais pas effrayé, ou quelque chose dans ce genre là, mais plutôt excité.

Le SDA fut tellement bien tourné, et de manière assez similaire par rapport à ce que nous faisons, ce qui m'amène à penser que nous aussi sommes également capables de réaliser quelque chose comme çà. Mais, à sa propre manière, la série est nouvelle, et c'est excitant. J'espère donc que ces particularités qui font son originalité plairont aux anciens fans mais qu'elles nous permettront également d'en gagner de nouveaux.

FF : Voilà 2 ans maintenant que vous interprétez le personnage de Richard, pensez-vous que vous êtes devenu célèbre ?
CH : Non ! Non, pas du tout ! Je suis ici (dans les environs d'Auckland) tout le temps, et vous savez, il n'y a pas de paparazzi, ou n'importe quoi d'autre dans ce style, c'est du genre calme. Il n'y a pas beaucoup de personnes par là qui connaissent la série.

FF : Comme vous mentionnez la Nouvelle Zélande, une autre question me vient à l'esprit. Quel est le lieu le plus impressionnant, magnifique dans lequel vous travaillez ?
CH : Définitivement Quennstown, dans le Sud de l'Ile. C'est magnifique ! Nous nous posons en hélicoptère au sommet d'une immense montagne enneigée, avec de merveilleux et immenses lacs en contre-bas, de superbes forêts, c'est vraiment adorable là-bas, surprenant !

FF : De ce que je sais, les scripts des épisodes sont préparés à LA, alors que tout le monde est pris par le tournage en NZ. Cela peut-il occasionner quelques problèmes de délais ?
CH : Oui, quelque peu. C'est une série TV très rapide, nous avons un droit de regard sur les épisodes seulement 2 jours avant de commencer le tournage, donc, nous nous devons d'être rapides pour appeler l'Amérique et essayer de faire quelques changements dans le scénario. Et c'est difficile de les joindre alors que nous sommes en NZ, parce que nous ne pouvons les appeler que pendant la moitié d'une journée, à cause du décalage horaire, c'est donc problématique. D'une certaine manière, j'aimerai qu'on puisse avoir une personne comme James Cameron ou Peter Jackson, qui soit près de nous, sur le plateau, parce que c'est son bébé, dont il en écrit les parties, qu'il produit et qu'il dirige. Mais je pense que l'équipe présente fait vraiment du mieux possible, ce qui donne une série TV d'une certaine qualité.

FF : Votre rôle exige évidemment de vous certaines aptitudes pour le combat à l'épée, l'équitation,… Aviez-vous une expérience de ce genre de choses avant d'obtenir le rôle ?
CH : Pas vraiment, à part moi-même, jouant avec des épées en plastique. J'étais assez obsédé par ce genre de choses durant mon enfance. Nous avons eu le droit à un entrainement intense avant d'en arriver là. Notre maître d'équitation était Wayne McCormack, qui est vraiment génial, et m'a fait passer du stade de zéro à celui de héro, et notre escrimeur, Al Poppleton, qui nous a fait débuter avec de simples passes d'armes : gauche, droite, haut, bas, enfin, ce genre de choses. Nous avons vraiment eu d'excellents professeurs.

J'étais véritablement obsédé par mon jeu en tant que bretteur, j'avais pour habitude de chorégraphier les combats avec des amis, quelques années auparavant, comme Star Wars, Indiana Jones, les Tortues Ninja un jour, Batman le jour suivant. Je pense que j'avais déjà idée de ce qu'est un combat dans le cadre d'un tournage, ce qui est très différent d'un combat réel. Si vous me mettez au sein d'un combat réel, je serai inutile mais je saurai diifférencier ce qui est bien de ce qui est mauvais.

FF : Avez-vous rencontré quelques problèmes dans la maitrise des combats à l'épée ? Vous est-il arrivé d'avoir quelques accidents, quelque chose qui vaille la peine d'être mentionné ?
CH : Les épées… les premières épées qui nous avons eu étaient vraiment lourdes, ce qui donnait quelques « haha » ennuyants, mais ce fut super de commencer avec çà. Maintenant, les légères sont très faciles à manier.

Des accidents ? Une fois, je me suis frappé moi-même à la tête et on a du me faire quelques points de suture, et la chose la plus marrante là-dedans, c'est que ce n'était même pas durant un combat, je faisais juste quelques pas et me suis frappé à la tête. J'ai du retourner au travail juste une heure après, ils ont recouvert le tout avec du maquillage et nous étions repartis.

FF : Votre rôle est très instable, de nature changeante, vous devez interpreter le Sourcier, être sous le contrôle de la magie – quelle fut la plus grande difficulté, le plus grand challenge auquel vous avez été confronté ?
CH : Hummmm, mon dieu, je n'aurai pas utilisé le mot « difficile », j'estime que, concernant n'importe quelle chose, dès que cela vous rend enthousiaste, le travail n'est jamais difficile, ni stressant, c'est juste un boulot, dans lequel vous investissez beaucoup de votre temps.

Et je dirai probablement que l'épisode dans lequel je me suis le plus investi fut Denna (Episode 1x08). J'ai fait quelques recherches dans le livre pour en apprendre un peu plus sur ce sujet, me mettre tout çà en tête, je souhaitais vraiment donner le meilleur de moi, donc oui, probablement Denna.

Et le pilot ! Les deux premiers épisodes : je voulais vraiment donner à mon personnage une manière d'être qui lui serait propre.

FF : Ayant interprété Richard depuis maintenant un certain temps, pensez-vous que votre futur rôle sera un personnage du monde de la Fantasy, un guerrier ou alors quelque chose de complètement nouveau ?
CH : Je considère que cela doit être fonction du type de scenario que l'on me propose. Je base mon jeu sur de l'improvisation, de l'instinct - je joue à l'oreille. J'aime faire plein de choses différentes, j'aime faire de la comédie, du drame, de la fiction. J'adore Richard, j'adore la série, c'est beaucoup d'amusement, j'aime le fait de résider à Auckland, mais mon côté créatif me démange un peu ces temps-ci, et je pense que j'aimerai m'engager dans quelles tentatives créatives, un autre rôle, peut-être également en tant que directeur artistique, ou peut-être plus de musique. Je pense avoir une abondance d'heures libre à occuper lorsque la série sera terminée.

FF : Pensez-vous qu'il est possible de mener de front 2 projets en simultanéité, à savoir, accepter un autre rôle pendant que vous jouez dans LOTS ?
CH : Non, pas du tout, pas avec cette série. Nous tournons durant 5 à 6 jours de la semaine. J'aurai peut-être 2 ou 3 mois de libres entre les saisons, mais il faudrait alors que çà soit un super rôle, un grand film qui tombe juste pendant cette période, et c'est relativement rare.

FF : Les fans de LOTS aime la grande alchimie qui existe entre Richard et Kahlan. Comment vous entendez-vous avec Bridget sur le plateau ?
CH : Nous nous entendons à merveille, nous sommes tous les 2 des Verseaux, nous sommes arrives ici environ 6 semaines avant de commencer le tournage, nous avons tous les 2 quitté notre maison, nous sommes tout le temps collés ensemble, du genre : “ne me quitte pas !” Hahaha. Oui, nous allons vraiment bien ensemble.

Merci Rikka pour la traduction

En parler sur le forum